Poème

Chiffon de Peau

Chiffon de Peau

Je l'ai vu un matin allongé sur la route
Petit corps sans vie, chaton noir et blanc
Noir et blanc comme le chat dont je partage la vie
Encore une vie perdue, une vie volée

Il devait avoir un foyer
Mais il ne rentrera jamais plus
Et chaque jour qui passe je le vois
Toujours plus abimé, toujours plus ignoré

Pas un jour sur la route sans un nouveau cadavre
Est-ce un jeu ou un mauvais hasard ?
Le tribu est bien lourd pour tous ces animaux

Et je continue de guetter ce petit chat
Juste une carpette maintenant sur la route
Et pour combien de temps encore ?
Je ne voudrais surtout pas l'oublier

Tant de véhicules sont passés sur lui
Qu'il n'en reste plus rien
Et puis soudain mon cœur se sert
Juste là, sur le bord de la route...

Un vieux chiffon roulé en boule
Un chiffon de peau...
Un chiffon noir et blanc...

Alors une folle envie de serrer mon chat
Très fort tout contre moi, de tout mon cœur !

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

A toi Bel Oiseau

https://vdjzsq.blu.livefilestore.com/y2p_WdetxYL_6meuuUpjJ2VlSYNjSstXzBKgrEHBS4AquRUITuX-eAXK2xhRNOEG9ZGUJaPIjdRBwGnuc0DH-FgaodOpV7nIrmUf8RVVVkJBEE/BelOiseau.jpg?psid=1

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Sur une chanson de Zaz - La Fée

https://public.blu.livefilestore.com/y2pqVYqDjgXzVXtKhyn-sGP5NXDdnh3YkVdSBArb8XE-IK67p4E2sLtc9VI-e474feUSdMkYhxKfkckeecSoAze7w/Feline0137.JPG?psid=1
Ma Féline (1996-2011)

Moi aussi j’ai une fée chez moi
Depuis deux années, elle me veille
Toujours présente elle est là
Assise dans sa corbeille
Depuis ce matin, où elle s’en est allée
Plus rien n’était pareil pour moi
Comme un grand vide, comme un grand froid
Un départ, un désarroi

Moi aussi j’ai une fée chez moi
Et ça me fait du bien
De la savoir ici toujours là
Qui m’accompagne au quotidien
Comme une amie toujours fidèle
Même si, depuis d’autres sont là
Je les ai trouvés et pris sous mon aile
Ils avaient besoin d’un toit

Moi aussi j’ai une fée chez moi
Tranquille elle se dandine, c’est ma douce Féline…
Qui observe tout en pensant
Qu’au final la gamine
N’était pas la pire des combines
Et reste abasourdie
Ces deux chatons, de vrais fripons
Ces deux chatons, de vrais fripons

Moi aussi j’ai une fée chez moi
Et lorsqu’elle vient pour se frotter
C’est comme si je pouvais la caresser
Et c’est irréel, juste une pensée
Mais ça fait du bien… rêver
Et l’imaginer avec moi

Moi aussi j’ai une fée chez moi
Qui devrait partir, mais je ne peux pas...

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Les Choupinoux

Les Choupinoux

https://hhysba.bay.livefilestore.com/y2prRqSA7rMGt7FJiWHoKAeWgNQpm5KOzqEmeM1WKJQwZELVLcczcwOdPV0eixutrPVKMaYV_xQEu5qWefsWPgQ6hOPJ0SXJZIOCzP9HWcbnqI/VZ128.JPG?psid=1

Tout juste un mois à l’unisson
Vraiment trop beaux ces petits chatons
Reflets gris bleu, reflets de blanc
Et à chacun son agencement

Mais coup du sort, un bébé mort
N’en reste plus que trois encore
Alors on va tout faire pour eux
Et pour les protéger au mieux

Une petite fille et deux garçons
Tellement petits et si mignons
Mes doigts effleurent leur douce fourrure
Ils me regardent d’un bleu d’azur

Quel beau trésor tu me dévoiles
Belle minette qui lève le voile
Sur ta secrète maternité
Que tu veux bien me partager

Je les découvre jour après jour
Sous le regard rempli d’amour
De leur maman qui les surveille
Et sous le mien qui m’émerveille

De l’attention et des caresses
La propreté avec une caisse
Une belle allure avec une brosse
Quelques jouets, ce sont des gosses

Une adoption ça se prépare
Faut pas choisir juste au hasard
Faut leur donner les bons bagages
Les meilleures chances, pas un mirage

https://hhysba.bay.livefilestore.com/y2pHO6NOZyDUMByGk-cqmrw-lZk6-uD93T4CCwA5wAaaPcB-yZCPYDeqxyY2FqMDZCM0cPylzPT_TMl_tmcmrueTjerfVmsPnxxAb71_wz7HjA/VZ132.JPG?psid=1

Mimine je te promets pour tes bébés
Avant l’hiver un doux foyer
Je ne veux pas pour eux cette vie d’errance
Faite de misère et de souffrance
C’est une promesse d’une simple humaine
Elle vaut c’qu’elle vaut mais c’est la mienne !

https://hhysba.bay.livefilestore.com/y2pkGDchH3TTaUjxW8qAq8HK7pcnnwckwgDugIm-Txiko6nGPu0EtwHNtED3iuOHRcssyjoNljDasUclDgqNw-WSMP6jnbPY0JSRvaII2kHavw/VZ130.JPG?psid=1

Alors je cherche et j’interroge
De ces chatons je fais l’éloge
Même s’ils sont beaux naturellement
Courent pas les rues les adoptants

Puis finalement, un de placé
Petit Billy est adopté
Je sens pour lui une vie meilleure
Même si j’ai mal au fond du cœur

Et les recherches redoublent encore
Car pour l’instant ils sont dehors
Les deux chatons et leur maman
Et on profite de chaque instant

Mais le temps passe et ils grandissent
Deux mois et demi c’est l’âge propice
Pour leur maman qui les emmène
De plus en plus souvent… problème

https://hhysba.dm2301.livefilestore.com/y2pSlV3Xd5sY40IcmcKqrM4zXXUCVkpqCfgY9-WbRNqLaoUUvtAvJi5ecw8xNZG-oQ-zmtCgPSejZ9yZ_zCDoipGQKKixbvqxCHzwpU7sOcuDo/VZ134.JPG?psid=1

https://hhysba.dm1.livefilestore.com/y2p2GiDfXOe-Xjxyhx9UvT0JaXOMzAR4BC7qO8a6JSWFCAWAhSSwIOxAgz7CtdXBylWYRHektN2pAie9YeMa_3gHK_an-psoWMFLe68klyjJWo/VZ135.JPG?psid=1

Visite furtive on en profite
Il faut faire bien, il faut faire vite
Les emmener à la SPA
C’est pas le Pérou mais c’est mieux là

Ils n’y resteront que trois jours
Ils sont adoptés à leur tour
Je suis rassurée pour de bon
Mais qu’est-ce que ça fait mal au fond

Un mois et demi de bonheur
C’est quelque chose qui marque le cœur
On a tenu notre promesse
Mais ça fait mal et ça me blesse

Elle est bien vide notre terrasse
Plus de chatons qui s’y prélassent
Mais l’assurance pour eux maintenant
Qu’ils ont un toit et pour longtemps

Ca nous console Mimine et moi
Mais on ne vous oubliera pas
Et pour toujours on fond de nous
Vous resterez nos Choupinoux

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Gribouil

Membre à part entière de la famille depuis le 20/01/2012

Gribouil

 Une boule de poils barbouillée noir et blanc
Un coup par ci… un coup par-là… troublant
Même sur la truffe, ça a dégouliné
Petit bout de rose de noir entaché
Qui donne à ce chat tout son caractère

 Pas vraiment plus gros que son frère Gospel
Mais un quelque chose qui vous interpelle
Dans le regard, une lueur de tristesse
Un quelque chose tout en délicatesse
Un je-ne-sais-quoi qui vous pousse vers lui

 Un air d’aristochat dans ses manières
Sans être regardant sur sa litière
Il avance dans la vie avec prudence
Et accorde difficilement sa confiance
Il faudra ruser avec lui aussi

 Mais il suffit de peu de choses parfois
Un peu de chaleur, d’attention… de soi
Une bonne gamelle qui lui réchauffe le ventre
Une niche garnie qui lui sert d’antre
Et des caresses pour cette petite chose

 Mais vient le jour où ça ne suffit plus
Et la vie du dehors prend le dessus
Voilà que j’envisage de l’adopter…
Lui et son frère, envie de les garder
Agrandir la famille pour la bonne cause

 Mais sera-t-il d’accord à l’intérieur
Pour me faire confiance sans aucune peur
Perdre sa liberté pour un foyer
Avec deux humains pour le rassurer
Et une mamie chat en sergent-chef

 Viens petit chat noir et blanc, que je t’aime
Viens que je fasse de ma maison la tienne
Et parce que tu as vraiment une belle bouille
Désormais tu t’appelleras Gribouil
Aristochat, à la truffe barbouillée !

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Gospel

Membre à part entière de la famille depuis le 20/01/2012

Gospel

Dans ma mémoire le souvenir intense
De cette petite vie sur la route qui danse
Une petite boule de poils d’un noir d’ébène
Qui miaule et qui s’agite juste pour qu’on l’aime
Quelque chose de drôle et triste à la fois

 Un sauvageon qui sait se faire entendre
Et qui aurait besoin de se détendre
Alors, toute en patience et en douceur
J’ai essayé de conquérir son cœur
Après quelques hésitations parfois

 Pas facile de l’approcher ce bout de zan
Un bruit, un geste brusque et il fout le camp
Alors il faut savoir faire preuve de ruse
Pour qu’il consente à tolérer l’intruse
Après tout moi je ne suis qu’un humain

 Alors pour ne plus être une menace
Pour qu’il m’accepte et me laisse faire ma place
Une bonne gamelle mise à disposition
Pour venir se remplir le petit bidon
Et aller tranquillement jusqu’à demain

 Quand le froid de l’hiver se fait mordant
Une niche pour qu’il vienne s’abriter dedans
Et petit à petit, tendre les doigts
Pour le toucher, calmer son désarroi
Et simplement mériter sa confiance

 J’ai espéré cet instant sincèrement
Et je ressens ce qu’il a d’émouvant
Lorsque mes doigts caressent sa fourrure
Il ne trésaille plus, c’est de bonne augure
Et je sais maintenant ce qu’est la confiance

 Viens petit chat noir d’ébène, que je t’aime
Viens que je fasse de ma maison la tienne
Car désormais Gospel sera ton nom
Et tu auras une famille pour de bon
Toi et moi, c’est une alliance pour la vie
 !

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Prémices d’une belle journée

Prémices d’une belle journée

Le jour se montre à peine et c’est l’heure
De partir aux premières lueurs
Sur la route, dans la lumière des phares
Une pluie fine qui rend tout blafard

 Et puis soudain ils sont là, tranquilles
Sur le bord de la route en famille
Le père, la mère et les marcassins
A l’arrêt sur le bord du chemin

 J’aime ces moments rares et si précieux
Quand la nature nous ouvre les yeux
Pour nous montrer juste le plus beau
Qu’elle nous offre l’air de rien, en cadeau

 Et quelques kilomètres plus loin
Je sens que ma journée commence bien
Un vol de cigognes prend son envol
C’est juste magique quand elles décollent

 Et oui, c’est tout ça qui m’émerveille
Comme un quelque chose qui m’interpelle
Simplement, je regarde la nature
Et je me dis bon sang… quelle allure !

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Mon petit Bonheur

Mon petit Bonheur

Ce soir là, je ne pourrai jamais l'oublier
Je t'ai vu tituber, vaciller et tomber
Alors je t'ai prise doucement dans mes bras
Et je t'ai serrée très fort tout contre moi
Tu avais pourtant l'air d'aller un peu mieux
Mais là je ne vois que le désarroi dans tes yeux

A toi qui savais si bien me rassurer
De ta petite tête qui venait se frotter
A mes côtés dans les moments difficiles
Je te le dis, tu peux dormir tranquille
Cette nuit c'est moi qui te veillerai
Les bruits, les soubresauts, je les guetterai
Tout doucement je poserai ma main sur toi
Juste pour sentir ton petit cœur qui bat

Je t'ai amenée jusqu'au petit matin
J'aurai voulu que tu dormes sans lendemain
Tu sais combien je t'ai toujours aimée
Mais là je vais vraiment devoir te le prouver
Même si j'ai mal au plus profond de mon cœur
Je vais t'accompagner jusqu'à ta dernière demeure

n0ztgyd21iv8sv1

La petite lumière dans tes yeux s'est éteinte
Et je te prends dans une dernière étreinte
Tout est finit, je te ramène à la maison
Tu as enfin l'air paisible pour de bon
Je passe mes doigts dans ta fourrure
Une dernière fois même si c'est dur
Et je t'allonge tout doucement
Tu vas dormir pour très longtemps

Mais je ne veux pas que tu t'inquiètes
Je veillerai toujours sur ta cachette
Et même si on ne marche plus côte à côte
Rien ne brisera ce lien qui est le notre
Mon cœur a mal et mes yeux pleurent
Mais tu resteras toujours mon petit Bonheur

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

KdoDany

Merci Dany
On se connait depuis peu mais cette attention pour ma douce Féline...
la meilleure façon de te remercier était de la déposer ici
©Shahlimare

La mort des Oiseaux

La mort des Oiseaux

Le soir, au coin du feu, j’ai pensé bien des fois,
A la mort d’un oiseau, quelque part, dans les bois,
Pendant les tristes jours de l’hiver monotone
Les pauvres nids déserts, les nids qu’on abandonne,

Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l’hiver !
Pourtant lorsque viendra le temps des violettes,
Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes.

Dans le gazon d’avril où nous irons courir.
Est-ce que ” les oiseaux se cachent pour mourir ? ”

François Coppée

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Le Poulain

Le Poulain

Il aime tant jouer.
Que son galop charmant.
Aux quatre coins du pré.
Entraîne la jument.
Parfois, a la barrière,
Il vient voir le passant.
Et ses yeux caressent.
Lui tendant leur prière.

Pierre Menanteau

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

L'Ecureuil

L'Ecureuil

Écureuil du printemps, écureuil de l'été,
qui domine la terre avec vivacité,
que penses-tu là-haut de notre humanité ?
Les hommes sont des fous qui manquent de gaieté.

Écureuil, queue touffue, doré trésor des bois,
ornement de la vie et fleur de la nature, juché sur ton pin vert,
dit-nous ce que tu vois ?
La terre qui poudroie sous des pas qui murmurent.

Écureuil voltigeant, frère du pic bavard,
cousin du rossignol, ami de la corneille,
dis-nous ce que tu vois par-delà nos brouillards ?
Des lances, des fusils menacer le soleil.

Écureuil, écureuil, cursif et curieux,
ébouriffant ton col et gloussant un fin rire,
dis-nous ce que tu vois sous la rougeur des cieux ?
Des soldats, des drapeaux qui traversent l'empire.

Écureuil aux yeux vifs, pétillants, noirs et beaux,
humant la sève d'or, la pomme entre tes pattes,
que vois-tu sur la plaine de nos hameaux ?
Monter le lac de sang des hommes qui se battent.

Écureuil de l'automne, écureuil de l'hiver, qui lances vers l'azur,
avec tant de gaieté, ces pommes... que vois-tu ?
Demain tout comme Hier.

Les hommes sont des fous et pour l'éternité.

Paul Fort

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Complainte du petit Cheval blanc

Complainte du petit Cheval blanc

Le petit cheval dans le mauvais temps, qu'il avait donc du courage !
C'était un petit cheval blanc, tous derrière et lui devant.

Il n'y avait jamais de beau temps dans ce pauvre paysage.
Il n'y avait jamais de printemps, ni derrière ni devant.

Mais toujours il était content, menant les gars du village,
à travers la pluie noire des champs, tous derrière et lui devant.

Sa voiture allait poursuivant sa belle petite queue sauvage.
C'est alors qu'il était content, eux derrière et lui devant.

Mais un jour, dans le mauvais temps, un jour qu'il était si sage,
il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui devant.

Il est mort sans voir le beau temps, qu'il avait donc du courage !
Il est mort sans voir le printemps ni derrière ni devant.

Paul Fort

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Chien et Chat

Chien et Chat

Le chien avait promis de ne jamais le mordre
Et le chat lui jura de ne jamais griffer
Et depuis ce jour-là, on obéit à l'ordre
Et le chien et le chat sont amis à jamais.

On joue sur le tapis, on s'endort sous la table
Le chat au creux des bras de son gentil toutou
Des disputes ?Jamais ! On est toujours aimables
On ronronne, on se lèche, on se fait les yeux doux.

Minet n'a jamais su que certains chiens féroces
Se jettent sur les chats pour leur briser les reins,
Car le chien le regarde avec des yeux de gosse
Heureux d'avoir trouvé le meilleur des copains !

Oui, mais de temps en temps, on s'amuse à se faire
Des blagues insensées qui font battre le cœur :
Le chien aboie, le chat se jette, téméraire
Sur le toutou ravi et qui feint d'avoir peur.

Le petit chat tigré joue à être un grand fauve,
Et quand le chien, parfois, aboie un peu trop fort,
Alors notre Tigrou, dans la chambre se sauve
Et sur quelque coussin, épuisé, il s'endort !

Auteur Inconnu

 
©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Complicité

Je te regarde ma douce Féline
Toi qui me connais mieux que personne
Je te regarde et je devine
Ce qui tout au fond de toi résonne

Echanges de regards si complices
Dialogues passionnés sans un mot
Tu me chatouilles de tes vibrisses
Je te caresse doucement le dos

J'aimerais connaitre tes pensées
Et savoir ce que tu ressens
Mais quand tu te mets à ronronner
Je sais que toi tu me comprends

Si je ne suis pas aussi douée
Pour prévenir tous tes besoins
Tu sais que je t'aime à tout jamais
Et je fais au mieux pour ton bien

Tu as l'air sévère un peu comme moi
Mais je sais que ce n'est qu'un air
Et si tu joues les tigresses parfois
Tu restes une gentille petite mère

Lorsque je plonge mes yeux dans les tiens
Moi je n'y vois que de l'amour
Et entre toi et moi juste un lien
Toujours plus fort jour après jour

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Vie de chien...

Vie de Chien

Toi mon maître qui as peur de me perdre et qui m’attaches,
Ai-je besoin de ces chaînes pour marcher dans tes pas ?
Tu cries partout ta liberté, mais il faudrait que tu saches,
Que j’aime être près de toi, même si je ne te parle pas.

J’en ai vu des corniauds, des errants et des abandonnés,
J’en ai vu pleurer le temps où ils étaient gâtés et caressés.
Pour jouer, tu me jettes la balle jaune que tu m’as donnée,
Elle en a perdu toute sa couleur, à force de me la balancer.

Ce que je n’aime pas, c’est ta voix quand elle se fait grave,
Excuse-moi si je suis bête, tu devrais pourtant t’en rappeler,
J’écarte tous les intrus, je te connais tu es tellement brave,
Tu utilises mon nom, et jamais ne me siffles pour m’appeler.

Un jour si tu me vois dormir en rêvant et en poussant des wifs,
Sache que je crains de ne pas être pour toi un parfait animal,
Je ne suis ni bâtard, ni méchant et ne connais pas mes griffes,
J’aime sentir ta main sur ma tête, là, j’en oublie ce qui fait mal.

Certains travaillent dans les cirques, et sont devenus savants,
Pour toi, je sais faire une seule chose et ça n’a rien d’un tour,
C'est joindre à ta vie d’humain, ma vie de chien très énervant,
J’ai attrapé la rage tu le sais, et c’est celle de t’aimer d’amour…

Auteur anonyme

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site