Mon Grand-père

A mon Grand-Père

Je me souviens de ce vieil homme
Qui semblait si fragile à voir
Et qui pourtant a survécu
Au Chemin des Dames… à Verdun

 Toujours discret et économe
Dans sa façon de se mouvoir
Avec une grâce retenue
Qui caractérise les anciens

 Personne n’aurait su dire ce qu’il pensait
Et il partait souvent sur son vélo
A travers la campagne se balader
Et avec une vigueur étonnante

 De ses yeux d’un bleu limpide il voyait
S’agiter le monde tout en crescendo
Tandis que lui vivait en aparté
A l’écart de cette vie trépidante

 Lui qui n’entendait presque plus
Tout jeune blessé dans les tranchées
Savait comprendre d’un regard
Ce que l’on pouvait ressentir

 Un petit homme moustachu
Les cheveux blancs immaculés
Une étincelle dans le regard
Et toujours un petit sourire

 Il est parti il y a plus de vingt ans
Et je le revois comme si c’était hier
Il ne prenait pas beaucoup de place
Mais à son départ la foule était là

 Et il s’en est allé très simplement
Sans faire de bruit par un beau jour d’hiver
S’il avait vu tout ce monde sur la place
Venu le saluer une dernière fois…

 Il aurait sourit d’un air malicieux
La petite étincelle au fond des yeux

©Shahlimare
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Mes Ecrits Personnel Poème

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site